janvier 2006
assemblée de Lille

novembre 2005
parution du Livre blanc

janvier 2004
assemblée de Lyon

novembre 2003
en route vers l'assemblée synodale

juin 2003
nouveau calendrier, nouveau souffle

janvier 2003
lancement des acm

Le fruit de cinq années de dialogue

En librairie depuis l'automne 2006, le Livre blanc des ACM présente les contributions des organisations parties prenantes. Il esy soumis au vote des participants de l'Assemblée synodale. Un texte accessible aux militants de tous horizons (1).

Le livre blanc s'organise autour de quatre axes : un développement pour un avenir durable ; les migrations ; la vie économique et sociale; la gouvernance. Il peut servir de base à l'information, à la réflexion, ou être adopté comme outil de réflexion et d'action. Ci-dessous quelques extraits du chapitre intitulé "Conditions sociales, humaines et économiques de la création de richesse".

"Recherchons premièrement la croissance économique et le reste nous sera donné par- des - sus le marché." Cette affirmation ne date pas d'aujourd'hui, mais elle s'amplifie au contraire, tant il semble que l'économique se soit imposé comme une fonction première, un envahissant premier rôle, presque une drogue, notamment dans les sociétés riches. L'économique est nécessaire, respectable, tant qu'il reste dans son rôle. Il devient détestable lorsqu'il s'enfle au point de se prendre pour l'essentiel, qu'il devient le pivot et de nos existences […]. Nous souffrons, aujourd'hui, d'un commerce mondial débridé où les plus forts n'en respectent pas les accords signés et où les protections les plus justifiées (la sauvegarde de la production agricole vivrière) ne sont pas assurées […]. Le déséquilibre entre les différents acteurs d'un marché non maîtrisé aboutit à de graves conséquences humaines qu'il est ensuite très difficile, voire impossible de réparer (ruptures culturelles, destructions environnementales irréversibles) […]. Ainsi, la théorie de la " destruction créatrice"( 2), qui justifie aujourd'hui la pratique néolibérale, doit-elle être passée au crible des situations précises. N'estil pas de trop nombreux cas d'entreprises et de secteurs où le solde net "création moins destruction " est largement négatif, indépendamment même du caractère moral ou non des destructions? […] Il faut assumer cette interdépendance de nos économies entre pays de niveaux de développement différents. Mais les changements intenses qu'elle entraîne ne sont pas aussi nécessaires ni légitimes qu'il y paraît à première vue. Leur brutalité n'est pas une fatalité: elle est essentiellement due à l'insuffisance de régulation dans les échanges internationaux ". NV

(1) Dialogues pour une terre habitable, sept. 2006, Editions Bayard. Prix : 19,80 euros.
(2) Expression par laquelle on exprime que la " création" de richesse au niveau d'une communauté passe souvent par la " destruction" de richesse à d'autres niveaux de cette même communauté.

Assises Chrétiennes de la Mondialisation 24, rue Hamelin 75116 Paris | Mention légale | ©2002-2006 acm