janvier 2006
assemblée de Lille

novembre 2005
parution du Livre blanc

janvier 2004
assemblée de Lyon

novembre 2003
en route vers l'assemblée synodale

juin 2003
nouveau calendrier, nouveau souffle

janvier 2003
lancement des acm


pour aller plus loin
La Charte des ACM

1/ Une initiative de laïcs chrétiens
2/ Contribuer à l'humanisation de la mondialisation
3/ Une aspiration spirituelle et évangélique
4/ Objectifs et publics visés
5/ Une étape intermédiaire d'assises territoriales 1er semestre 2003
6/ Implications pour les mouvements et organisations participant aux ACM
7/ Organisation et logistique

>> Télécharger la Charte au format .pdf

Une initiative de laïcs chrétiens

Depuis plusieurs années, la mondialisation focalise les débats de société, en France et en Europe. Dans notre pays particulièrement, elle ébranle les esprits, comme viennent encore d'en témoigner les dernières élections présidentielles. Chez nous, où l'on attend beaucoup de la politique et de la puissance publique, le senti-ment de leur impuissance est particulièrement mal vécu. Sans attendre ces derniers événements, huit mouvements et organisations de laïcs chrétiens comprenant : Chrétiens dans le Monde Rural, le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement, la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens, Les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens, la Fédération Protestante de France, le Mouvement Chrétien des Cadres et Dirigeants, le Comité Épiscopal de la Coopération Missionnaire, le Secours Catholique/Caritas France, ont décidé d'accomplir une démarche commune de réflexion, de témoignage et d'action : les Assises Chrétiennes de la Mondialisation (ACM). Ils y ont été encouragés par l'épiscopat français qui les accompagne au travers du secrétaire de la Commission sociale des évêques de France. Autour de ce noyau initiateur, un rassemblement plus large s'est formé où se retrouvent un large éventail de mouvements et d'associations de laïcs partenaires (voir liste provisoire jointe). Le terme d'"assises" décrit donc à la fois l'objectif d'un rassemblement final de grande ampleur et le processus de cette initiative. Pour concrétiser sa démarche, le noyau initiateur a adopté un plan d'action.

Contribuer à l'humanisation de la mondialisation
Le mouvement actuel de mondialisation n'est pas nouveau à l'échelle des siècles qui nous précèdent . Les pro-moteurs des ACM admettent cependant que par bien de ses aspects, la mondialisation actuelle crée une situation sans précédent : globalité d'un phénomène qui touche tous les secteurs d'activités publiques et privées ; rapidité de sa diffusion par la finance et les nouvelles formes de mobilité et de communication ; force des interdépendances entre pays et apparition de nouveaux acteurs mondiaux privés, entreprises, mais aussi société civile. Cette situation remet en cause et à certains égards bouleverse les repères de la vie publique et culturelle. En outre, les diverses composantes sociales françaises perçoivent et vivent la mondialisation d'une manière si contrastée qu'elle constitue une source de clivage, sinon d'affrontement, traversant les mouvements chrétiens eux mêmes. Pour les uns, la mondialisation offre de nouvelles chances, ouvre de larges opportunités d'innovations, d'échanges et de croissance, y compris pour les pays du Sud ; pour les autres, prédominent l'accroissement des inégalités, l'accélération en France même de restructurations ou de délocalisations. Celles-ci ont conduit encore récemment à des suppressions d'emplois qui n'épargnent plus aucun secteur, ni aucun lieu du territoire. En tant que laïcs chrétiens, nous voyons dans cette situation un signe des temps, c'est à dire une donnée propre à notre actualité qu'il ne s'agit ni d'idolâtrer, ni de diaboliser, mais de tenter d'humaniser à partir des situations concrètes où nous sommes plongés. Les Assises se proposent donc de contribuer, face à une opinion publique désorientée, à l'humanisation de la mondialisation. Contribuer, avec quelle valeur ajoutée ? La réponse se trouve d'abord dans l'inspiration qui nous anime, mais aussi dans la démarche originale qui la manifeste.

Une aspiration spirituelle et évangélique
Les débats sur la mondialisation soulignent ses aspects politiques, économiques, sociaux ou environnementaux. Mais la mondialisation a aussi une dimension spirituelle, évangélique que nous souhaitons dévoiler. Avec les autres religions du monde, aux côtés d'autres humanismes, nous lisons dans la mondialisation l'image d'une Humanité universelle, en quête d'unité et de solidarité globales. Mais cette recherche renvoie pour nous à celle d'une unité personnelle fondée sur le respect d'autrui. Il n'y aura pas de mondialisation pacifiée ou maîtrisée qui se fonderait sur une conception utilitariste de l'homme ni sur une vue individualiste de la liberté. C'est ce que nous appelons la dimension spirituelle de la mondialisation, une dimension que nous partageons avec les autres religions. De la Foi évangélique, nous tirons la force d'une Espérance active : le déroulement du processus actuel de mondialisation n'obéit à aucune fatalité. Chacun de nous aussi modeste soit-il, a la possibilité d'infléchir ce déroule-ment par ses actes. La mondialisation n'est pas un processus fermé, obéissant à des règles incontournables et obscures : ce processus est encore largement à orienter par une volonté humaine consciente. Si l'inspiration est spirituelle et évangélique, la démarche, le mode de préparation des Assises, débordent nous l'espérons, la seule mouvance chrétienne. Nous souhaitons que les Assises soient vraiment une contribution de Chrétiens réunis dans une volonté de recherche de solutions praticables. Nous nous inscrivons donc dans l'élan de la société civile qui nous a précédés, avec particulièrement de dynamisme en France, ayant eu le mérite de populariser le thème de la mondialisation et de le rendre accessible à un vaste public. Prenant place dans ce cadre, et nous situant nous mêmes comme laïcs chrétiens au sein de cette "société civile", notre démarche comporte trois aspects originaux : - Un aspect de "communion". La richesse et la diversité qui nous composent agriculteurs, cadres, employés, ouvriers, et employeurs de tailles très diverses seront une force. Priorité sera donnée, dès le départ, à l'écoute des craintes et des réserves que suscite la mondialisation, aux diverses manières de percevoir le monde extérieur. L'esprit de communion suppose de reconnaître que l'expérience et les questions posées par d'autres sur la mondialisation recèle une part de la vérité qui nous échappe. - Un aspect de remise en question ou de conversion personnelle. A l'écoute d'autres points de vue, nous prendrons le risque d'un changement de regard et de comportements. Ce changement peut être d'ordre personnel ; mais il concernera aussi les règles et les mécanismes de la mondialisation. Nous attacherons une grande importance à la mise en cohérence des actes individuels avec les règles collectives qui gouvernent plus ou moins la mondialisation, comme à la possibilité que ces actes ou initiatives volontaires anticipent sur les règles nécessaires. - Enfin un aspect de partage et de communication. Nous souhaitons faire connaître cette démarche à d'autres acteurs de la mondialisation, la soumettre à leur critique mais aussi l'offrir à leur réflexion. L'idée n'est pas de défendre une alternative chrétienne, mais de donner à connaître les fruits d'une approche spirituelle, évangélique, qui nous semble féconde, y compris sur un plan public. L'intention est finalement de rassembler de trois à cinq mille personnes afin de donner une visibilité aux messages qu'elles porteront. Les ACM se tiendront dans la troisième semaine de Janvier 2004, quelques jours avant le Sommet social mondial. A l'occasion des Assises, tenant compte du déroulement de leur préparation, des propositions seront faites pour poursuivre les actions jugées les plus significatives, stimuler les engagements, maintenir une vigilance et une coopération entre les mouvements en lien avec les lieux d'expression de la doctrine sociale chrétienne, éventuellement d'élargir les Assises au-delà du cadre français.

Objectifs et publics visés
Le succès de ce projet, a priori limité dans le temps, se mesurera au travers de la réalisation d'objectifs dont les initiateurs, les partenaires, et les "sponsors" éventuels du projet seront tenus informés au fur et à mesure de son déroulement : - Qualité de l'action pédagogique au sein des mouvements, sur la mondialisation et sur la vision chrétienne. - - Identification et promotion d'actions concrètes, cohérentes entre elles, illustrant les changements de regard et de comportements induits par la perspective d'une mondialisation humainement accomplie. - - Implication des jeunes dans la démarche des Assises. - - Participation de non-chrétiens et des autres religions à la réalisation des Assises. - Ouverture aux autres nationalités, en particulier européennes, à l'événement des Assises. - Diffusion médiatique des principaux messages.

Une étape intermédiaire d'assises territoriales 1er semestre 2003
Ces objectifs justifient une démarche en deux étapes. Au cours du premier semestre 2003, idéalement au mois de mars, se tiendront des "assises territoriales intermédiaires", organisées sur l'ensemble du territoire national avec la participation mouvements initiateurs et des mouvements partenaires. A l'échelle d'une région, d'un département ou d'une ville, en fonction du cadre géographique le plus adapté, chaque mouvement organisateur membre des ACM soumettra à discussion son angle d'attaque, sa perception de la mondialisation dans un cadre ouvert aux autres mouvements et à des observateurs extérieurs. La réalisation d'une vingtaine d'assises territoriales intermédiaires est visée. A partir de cette étape, se préciseront les thèmes communs, les divers aspects d'une contribution chrétienne au débat sur la mondialisation et à la recherche de son humanisation. Ce temps d'approfondissement permettra de sensibiliser les futurs participants aux Assises proprement dites. Les ACM s'adresseront par principe à tous les membres des mouvements initiateurs ou partenaires, ou aux organisations qu'ils fédèrent.

Implications pour les mouvements et organisations participant aux ACM
La préparation des assises repose sur l'engagement des mouvements et organisations initiateurs, avec la participation active des mouvements partenaires. Il sera demandé aux initiateurs une forte implication, comprenant : la prise en compte du thème de la mondialisation comme un thème parallèle pour l'animation de chaque mouvement; la désignation de personnes relais des assises ; la prise en charge de l'organisation et du financement des assises intermédiaires ; une contribution financière ou matérielle aux charges du secrétariat des assises et de la logistique ; une participation à la communication extérieure. Les mouvements partenaires contribueront aux assises en fonction de leur spécificité : d'abord en y invitant leurs membres, le cas échéant en apportant leur expertise ou leur expérience au travail sur des thèmes, enfin par leur contribution financière.

Organisation et logistique
Pour la réalisation des ACM, une association de type loi 1901 a été constituée. Les mouvements partenaires seront invités à y adhérer. Le conseil de l'association sera composé des responsables nationaux des mouvements initiateurs qui désigneront les membres du bureau chargé du pilotage de l'opération. En attendant la création de l'association, le projet est porté par un comité d'orientation et une équipe de pilotage constitués de représentants des mouvements et dont l'animation a été confiée à Jérôme Vignon. Le financement des Assises s'effectuera par des cotisations ou des dons à l'association, ainsi que par l'effort des participants individuels et la solidarité que les mouvements pourront organiser à leur bénéfice. Le comité d'orientation a arrêté le principe d'une organisation efficace mais modeste des Assises.

Assises Chrétiennes de la Mondialisation 24, rue Hamelin 75116 Paris | Mention légale | ©2002-2006 acm